La fraude à l’assurance n’est pas un crime sans victime !

La fraude à l’assurance n’est pas un crime sans victime. Elle génère des coûts énormes qui sont supportés par les assureurs, les acheteurs d’assurance et le public.

La fraude à l’assurance n’est pas un crime sans victime !

La fraude à l’assurance est un problème majeur aux États-Unis. Selon l’Institut d’information sur l’assurance, environ 10 p. 100 de toutes les demandes d’indemnisation en matière d’assurances IARD sont frauduleuses. Les réclamations frauduleuses coûtent environ 32 milliards de dollars par année. Ces coûts sont assumés par les assureurs, les acheteurs d’assurance et le grand public.

La fraude se produit dans tous les types d’assurance, mais certaines branches sont plus sensibles que d’autres. L’indemnisation des accidentés du travail et l’assurance automobile d’entreprise sont deux couvertures commerciales qui sont particulièrement sujettes à la fraude.

Qu’est-ce que la fraude à l’assurance ?

Le terme fraude à l’assurance désigne un acte intentionnel commis par une personne pour obtenir un avantage auquel elle n’a pas droit. La fraude peut être commise par toute personne impliquée dans une transaction d’assurance. Cela comprend les titulaires de police, les demandeurs, les avocats, les fournisseurs de soins de santé, les agents ou courtiers et même les assureurs.

Fraude dure contre fraude douce

La fraude à l’assurance peut être divisée en deux grandes catégories. Il y a fraude grave lorsqu’une personne simule un accident ou une perte. Par exemple, un propriétaire d’entreprise pousse délibérément un camion appartenant à l’entreprise du haut d’une falaise. Il dépose ensuite une demande d’indemnité pour dommages matériels, indiquant à son assureur que le camion est tombé accidentellement de la falaise.

La fraude légère implique l’exagération d’une réclamation légitime. Par exemple, le propriétaire d’une entreprise de comptabilité découvre qu’un voleur est entré par effraction dans son bureau et a volé plusieurs articles. Lorsque le propriétaire de l’entreprise déclare la perte à son assureur de biens commerciaux, il gonfle la valeur des biens volés afin de pouvoir recouvrer un règlement de sinistre plus important.

Ce n’est pas un crime sans victime

De nombreux auteurs de fraude à l’assurance prétendent que leurs crimes n’ont pas de victimes. Ce n’est pas vrai. Les assureurs couvrent le coût de la fraude en facturant aux entreprises et aux entités gouvernementales des primes d’assurance plus élevées. Les entreprises répercutent ces coûts sur leurs clients. Les entités gouvernementales qui achètent de l’assurance répercutent les coûts supplémentaires sur les contribuables.

Lutte contre la fraude

Dans presque tous les États, la fraude à l’assurance est considérée comme un crime. En outre, la plupart des États ont créé un bureau de la fraude qui fait partie du département des assurances de l’État. Bien que leurs fonctions spécifiques varient, la plupart des bureaux de la fraude sont chargés d’enquêter sur les fraudes à l’assurance et de poursuivre les contrevenants.

Certains États ont adopté une loi obligeant les assureurs à établir un plan de fraude. Dans ces États, les assureurs sont tenus de mettre en place des procédures écrites pour identifier la fraude et y répondre. Les assureurs peuvent également être tenus de déposer un rapport annuel résumant les mesures qu’ils ont prises pour prévenir et combattre la fraude.

Même s’ils ne sont pas tenus de le faire en vertu de la loi, la plupart des assureurs ont établi des procédures pour lutter contre la fraude. Certains luttent contre la fraude en participant à des organisations antifraude telles que le National Insurance Crime Bureau ou la Coalition Against Insurance Fraud.

Types courants d’actes frauduleux

Voici quelques types de fraude qui sont courants dans l’assurance IARD commerciale :

Like this post? Please share to your friends:
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: